Archives Mensuelles: février 2019

Défi : Février 2019

! Défi Février 2019 !

Le 1er février, je terminais mes anti-dépresseurs… Je suis chanceuse d’avoir des amies et des collègues de travail formidables qui me soutiennent. J’ai eu un coup dur après l’arrêt… Je ne me sentais pas bien, j’étais étourdie, j’avais envie de pleurer et je me demandais si c’était une bonne chose de les arrêter. Pourtant, il faut que je fasses le pas, il faut que j’y arrive sans. Et puis, si jamais je n’y arrive pas et bien je les reprendrais, ce ne sera pas un échec.

Le 1er février, je me suis faite plaisir! Je suis allée au spectacle des Grandes Crues au théâtre St-Denis, une petite soirée que je me suis payée de moi à moi avec une soirée au resto et au salon de thé. Dans la vie, il faut aussi prendre du temps pour soi, c’est très important et c’est ce que j’ai fait.

J’ai vu plusieurs fois mon ostéopathe car j’avais mal au cou. J’ai bien fait car j’avais les cervicales déplacées, surtout celles de gauches… Je pouvais toujours avoir mal. J’ai dû le revoir la semaine suivante car il fallait traiter ça. Le hic est que le vendredi 15, j’ai eu une journée difficile. Le matin, je passais ma mammographie de contrôle, la technicienne m’a fait revenir 3 fois car elle ne voyait pas bien. Trois fois me faire écraser les seins dans tous les sens… Après avoir passé une belle soirée avec mon amie Mary mais riche en émotion, je suis tombée sur la tête en arrière, juste devant chez moi… J’ai tapé deux fois. Le choc a été violent et j’ai eu du mal à me relever. J’ai eu la panoplie de symptômes: mal de tête, nausées, étourdissement, intolérance au bruit, somnolence, fatigue. J’ai eu le réflexe de mettre de la glace durant 20 minutes pour réduire l’inflammation car j’avais un œuf derrière la tête. Le lendemain de ma chute, j’avais plein de choses, donc je suis sortie, j’ai marché et utilisé mon cerveau ^^ le soir, j’avais un mal de tête horrible et étourdie.
Heureusement le lundi j’avais un rendez-vous avec mon ostéopathe, quelle chance! Bien entendu, quand il a vu mon état, il m’a dit que j’avais sûrement une commotion cérébrale et que je devais voir comment aller se passer ma reprise au travail. Il m’a donné un autre rendez-vous le mercredi car il fallait vraiment arranger les choses. Ça a été une catastrophe le retour au travail, j’ai dû aller à l’urgence. Le médecin de l’urgence m’a dit que j’avais une petite commotion cérébrale mais à surveiller. Il ne m’a pas fait de scan, rien.

Le jeudi, j’avais rendez-vous avec ma médecin de famille, rendez-vous que j’avais pris 2 semaines auparavant et cela m’a sauvé en quelques sortes. Quand elle m’a vu, elle m’a prescrit un arrêt de travail immédiatement. Un arrêt total pour 11 jours avec retour progressif par la suite jusqu’au 24 mars. Je vous avoue que cela a été dur, très dur, surtout que je ne suis pas payée pendant cette période et je n’ai pas arrêté de pleurer les premiers jours (et encore un peu aujourd’hui). Faut savoir que lorsqu’on a une commotion cérébrale, c’est normalement 48h sans écrans (moi j’avais fait le dimanche toute la journée Netflix et le mardi et mercredi suivant ma chute, 10h et 11h à la job), aucunes activités cérébrales donc pas d’écrans, tablettes, cellulaires, lecture, écriture, jeux (mots croisés, sudoku et autres jeux demandant une réflexion). Le seul truc que je pouvais faire était de marcher prendre l’air mais les trottoirs n’étant pas dégagés, je n’osais sortir. Donc, je me suis ennuyer à mort… même dormir, je n’arrivais plus tellement je dormais déjà beaucoup. C’est 48h sans activités cérébrales mais après, il faut y aller progressivement. J’ai opté pour un sevrage complet de plus de 72h avec moins d’1h sur un écran (cellulaire). Ça a été dur mais je pense que ça valait la peine de le faire. Je reprend avec moins de 4-5h par jours pour me ré-habituer à la reprise de la job.

12 jours après ma chute, 7e jour d’arrêt, j’ai fait ma 1ère après 5 jours d’hibernation. C’est dur de ressortir, c’est dur de reprendre les écrans car cela me donne mal à la tête. Je reprends la job lundi, le 4 mars et j’appréhende de faire 8h dans la journée devant un écran. Heureusement, la 1ère semaine de reprise, je ne vais travailler que 2 jours, puis la semaine suivante, 3 jours, puis 4, pour finir avec une reprise complète le 25 mars.

Vous vous dites: « Et ben, elle n’est pas chanceuse… » ouais, mais bon, en-dehors de ça, le crabe me laisse tranquille et je n’ai rien de très grave, cela ne m’empêche pas de fonctionner.

Le 16 mars, j’ai eu ma 1ère rencontre pour l’organisation du Bal des Couilles de Cancer Testiculaire Canada. C’est ma 3ème année d’implication et peut-être la dernière. Une page se tourne sur ma vie et tout ce qui touche au cancer. J’essaye de passer à autre chose.

Le 27 février, je rencontre une psychologue pour traiter mon anxiété au travail car depuis l’arrêt de mes anti-dépresseurs, je souffre d’anxiété extrême… Je pleure souvent et je me mets beaucoup de pression sur les épaules car je veux être à la hauteur de mon travail (même si mes patrons sont contents de moi). Je me donne à 200% dans mon travail jusqu’à m’épuiser… je sais que ce n’est pas bon mais j’aime ma job et je veux vraiment me donner au max.

Le 7 mars, je fais ma visite de contrôle avec mon oncologue pour les résultats de ma mammographie que j’ai eu en primeur par mon médecin de famille. Donc vous vous doutez du résultat 😉