Archives Mensuelles: mars 2013

Here we go

Voilà ! Ma dernière journée en France se termine, j’ai fêté mon départ dignement avec les personnes que j’aime, ma famille, mes amis… On a bien mangé, bien bu ! J’ai mal au crâne depuis le début d’après-midi, en même temps, vu le repas de hier soir et celui de midi, c’est normal ^^

J’ai vu et revu des personnes qui me sont chères, certaines d’entre elles, je ne les avais pas revu depuis longtemps, très longtemps (je pense à mon cousin Pierre-Antoine, ta fille va avoir 3 ans et je ne l’avais jamais vu et on ne s’était pas revu depuis au moins 5 ans)… ça fait beaucoup de « vu » ^^

Je remercie toutes les personnes présentes (et non présentes) pour leur générosité, merci pour tout. Je vous donnerais des nouvelles bien entendu, que ce soit via ce blog, Facebook ou encore Twitter.

Je ne réalise pas vraiment que je pars, malgré d’être allée chercher les devises canadiennes, d’avoir fêté mon départ, de faire tous mes bagages… peut-être que ça sera à l’aéroport ou alors, une fois sur place, dans 15 jours, que je vais me rendre compte que je ne suis pas ici en vacances mais pour une année.

Au passage, j’en profite pour dire que hier je suis encore passée à la radio dans Allo la planète sur le Mouv’ (le replay ICI). Je m’amuse avec les médias ^^ entre ce passage, mon précédent passage et l’article dans la dépêche, je suis happy (ouais, je me la pète mais c’est comme ça).

Et bien, mon prochain billet sera composé de l’autre côté de l’Atlantique, en attendant, je vous laisse, je ferme mon ordi jusqu’à demain soir voir lundi. Ne vous inquiétez pas, je donnerais signe de vie !

Publicités

Un article dans la Dépêche du midi

Mais que vois-je ? un article dans la Dépêche du midi ! oui, oui, c’est bien cela !

Article Depeche

De la négrette contre du sirop d’érable

Article et photo de Marc Mouisset, correspondant dépêche de Fronton et caviste (il tient la boutique Le Comptoir). Cet article est paru le samedi 9 mars.

Je suis originaire de Fronton, village viticole, qui produit une majorité de vin à base de négrette (c’est un cépage rouge français) et depuis quelques années, je commence à découvrir le vin, le bon vin. A une époque, je n’aimais et ne buvais que du blanc, puis je me suis à boire du rosé et maintenant je bois du rouge ! Je commence à apprécier le bon vin, à déguster, je prends plaisir, plus de plaisir qu’avant. c’est pour cela que j’aimerais, dans la mesure du possible, travailler à la SAQ.

ça serait pour moi une grande opportunité et pourquoi faire découvrir d’autres vins là-bas car il n’y a pas beaucoup de Fronton vendu dans ces boutiques. Une manière également pour moi de découvrir des vins du pays, du Canada.
On verra sur place ! 🙂

10 jours avant le départ

Aujourd’hui en ce beau jour de Printemps, c’est ma dernière après-midi de boulot… FINI ! après ça, terminé, terminado, niet, la finnnnnnn ^^

Depuis la semaine dernière, je n’ai pas pu me poser une seule fois, pas de grâce mat’, des rendez-vous tous les jours, des papiers, courriers, tri, etc. Je n’en peux plus ! Pourtant, faut le faire car après, je serais loin et il sera difficile de faire quoi que ce soit loin, très loin… Je me pose des questions, je doute, je stresse, je panique, tout est flou mais il faut que je le fasses.

Dans 9 jours, je fête mon départ avec ma famille et les amis proches. J’ai réussi à avoir une salle et heureusement car on sera plus de 40 personnes ! Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de monde, mais je suis contente de pouvoir voir ces personnes juste avant mon départ. De plus, j’ai appris une très bonne nouvelle : je vais être à nouveau tata ! mon frère cette fois-ci ! ça recommence encore et oui, car en 2005, ma sœur avait accouché juste avant mon départ pour mes 1 mois au Canada et du coup, pas pu voir la petite et ça m’avait attristé et la dernière semaine, je n’ai pas arrêté de pleurer. A ce moment-là, j’ai compris ce que ressentait mon amie Louise, loin de sa famille toute l’année même voire plusieurs années de suite.

Dans 10 jours, je décollerais pour Montréal, en faisant une halte à Munich. Il me tarde de partir mais en même temps, j’ai la peur au ventre, une petite boule qui est là et qui me fait pleurer dès que je suis fragile. Dur, dur de tenir mais il le faut, surtout sur place car ça sera quelque chose d’extraordinaire, je le sais, je le pense…

Mes bagages me posent problèmes mais c’est parce que je suis trop matérialiste, je m’accroche à des objets, à des souvenirs et il ne faut pas car ça me rend triste… faire le tri dans sa vie, c’est dur mais nécessaire parfois. Je me dis quelque fois que je fais une erreur mais d’autre fois, que c’est le mieux à faire (même si j’ai l’impression de fuir, oui, je fuis mais c’est la vie).

Dans 10 jours, à cette heure-là, je serais dans l’avion, en train de dormir ? pleurer ? regarder un film ? écouter la musique ? discuter avec mon/ma voisin(e)… on verra dans 10 jours !